L’e-mail était bref : S’il te plaît, appelle George et Stéphanie.

Je l’ai montré à Géraldine. “Tu appelles ou je le fais ?” J’ai demandé.

“Ça n’a pas d’importance”, a-t-elle répondu. “Tu appelles et je me joindrai à toi sur le poste si nécessaire.”

“Ça a l’air bien, tu crois ?”

“Ça l’a été jusqu’à présent.”

Nous avions été recommandés à George et Stéphanie par une sexothérapeute à qui nous avions rendu visite lorsque le côté physique de notre relation traversait une période creuse. Ce couple d’une cinquantaine d’années organisait des dîners coûteux pour des petits groupes soigneusement sélectionnés – avec des afters. Après être allés au début en tant que nouveaux venus prudents, nous nous sommes retrouvés pris dans une atmosphère érotique habilement générée et nous sommes repartis complètement convertis. Depuis, nous y sommes retournés deux fois avec la même satisfaction. Maintenant, il semblait que l’instinct de George et Stéphanie pour savoir qui travaillerait bien avec qui avait trouvé nos noms à nouveau.

George a répondu, semblant satisfait de notre réponse rapide.

“Qu’y a-t-il à l’ordre du jour ? J’ai demandé.

“Quelque chose de différent”, a-t-il répondu. “Géraldine est avec toi ?”

“Je suis là – sur le poste”, a répondu ma femme. “Mais quand tu dis différent – ?”

“Nous avons eu un couple recommandé par le bon Docteur qui t’a envoyé. Jeunes, intéressants, dit-elle, mais leur problème est légèrement inhabituel.”

“En quoi est-il inhabituel ?” Ceci venant de la toujours prudente Géraldine.

“Si tu veux bien, je préfère respecter notre politique et ne pas en dire plus au téléphone. Mais le bon Docteur suggère que Stéphanie et moi nous occupions d’eux nous-mêmes ; ce n’est pas notre pratique habituelle, comme tu le sais, mais elle a pensé que ce serait … bénéfique pour les deux parties. Peut-être, a-t-elle dit, avec un autre couple.”

“Qu’est-ce qui t’a fait penser à nous ? J’ai demandé.

“Pour être honnête, c’était l’idée de Stéphanie. Elle est très attachée à Géraldine mais, comme tu le sais, nous ne nous impliquons pas avec les clients. Donc ce que nous proposons maintenant, c’est que tu viennes juste cette fois-ci sur une base différente – en tant que nos invités, tout est gratuit – pour voir ce qui se passe. Est-ce que cela te plaît ?”

J’ai regardé Géraldine, qui a hoché la tête.

“Je suppose que tu ne t’attends pas à ce que nous disions non”, ai-je dit.

George a gloussé. “Ce samedi alors. Viens tôt. Nous t’informerons sur les deux autres et tu pourras décider si tu veux aider les jeunes ou simplement jouer avec les adultes. Il n’y a pas que Stéphanie qui a hâte de revoir Géraldine, tu sais.”

Après son départ, Géraldine a dit : “On dirait que l’on s’occupera bien de moi, mais qu’en est-il de toi ?”.

“Eh bien, je suis sûre que te voir en action avec les deux sera très excitant, et je serai intéressée de découvrir quel genre d’interprète Stéphanie est avec moi.” Je me souvenais d’elle comme d’une grande femme élégante, bien arrondie avec une poitrine généreuse. Lors des fêtes précédentes, elle avait été l’hôtesse parfaite au dîner et une maîtresse de cérémonie intelligente et discrète pendant les “afters”.

“Et que penses-tu de l’autre couple ?”

Je ne sais pas mais je doute qu’ils aient été recommandés à George et Stéphanie s’ils sont trop bizarres. Nous ne sommes pas obligés de nous engager avec eux si ils ne nous plaisent pas.”

“Suppose que je le fasse et que tu ne le fasses pas ?”

“Attendons de voir. Mais porte ton noir. George a eu un mot discret la dernière fois que nous étions là en disant que tu étais ravissante.”

“La culotte française ?”

“Oui”

“Vous les hommes, vous êtes si faciles à satisfaire”.

“Si tu le penses, penche-toi en avant”.

Les yeux de Géraldine se sont illuminés. “Votre serviteur, monsieur”, dit-elle en se penchant en avant et en posant ses bras sur l’extrémité du canapé. J’ai soulevé sa jupe, enlevé sa culotte bleue et extrait ma queue de mon pantalon. Après avoir contemplé ses jolies joues rondes, j’ai taquiné l’ouverture rose et serrée avec ma langue pendant quelques instants. Puis j’ai tâté entre ses jambes et j’ai trouvé une humidité suintante. Les idées évoquées par la conversation avec George avaient eu un effet bénéfique. Il ne m’a fallu que quelques coups de main pour amener ma queue en érection avant de la glisser facilement dans sa chatte chaude et accueillante. Le petit soupir de satisfaction était son indication habituelle qu’elle était prête à prendre tout ce que je pouvais lui donner. Le samedi serait probablement bon, mais ceci l’était aussi. Après plusieurs changements de position, je me suis assuré qu’elle venait ; elle m’a rendu le compliment, lentement, de manière alléchante et lascive, avec sa bouche.

*************************************

Stéphanie nous a accueillis chaleureusement. Comme les autres fois, elle portait une longue jupe bordeaux (cachait-elle de pauvres jambes, je me suis demandé) mais cette fois-ci avec un chemisier blanc dont le profond décolleté mettait en valeur les seins mûrs. Une fois à l’intérieur, elle a pris les mains de Géraldine et l’a embrassée sur les joues. “Nous attendions tellement ce moment”, a-t-elle dit, “George autant que moi. Ça te dérangerait si…”.

En soulevant l’ourlet de la jupe de Géraldine, elle s’est légèrement reculée pour inspecter. “Parfait”, a-t-elle dit. “Culotte noire, porte-jarretelles, bas noirs. Géraldine, tu es un amour. Nous devrons attacher George. Et Mark, nous ne te négligerons pas.” Sa main a légèrement effleuré le devant de mon pantalon. C’était une Stéphanie très différente de sa précédente personnalité de directrice d’événements cool et subtile.

Dans le salon, George a versé des boissons. “À une soirée mémorable”, a-t-il dit.

“Nous l’espérons”, ai-je répondu. “Mais dis-nous à quoi nous attendre”.

“Ah, oui, les jeunes. Phil et Béatrice, apparemment. Le bon docteur, qui ne se trompe pas souvent, pense qu’ils sont prêts à exploser mais qu’ils ont besoin de quelqu’un pour allumer le papier de touche bleu. Le plus souvent, quand elle voit un couple, c’est l’homme qui est mécontent parce que sa partenaire ne va pas aussi loin ou aussi vite qu’il le souhaite.”

J’ai regardé Géraldine qui a hoché la tête en connaissance de cause. Jusqu’à un certain point, cela avait été notre problème, mais il avait été guéri lors de notre première visite à l’un de ces dîners.

“Dans ce cas, il semble que ce soit l’inverse. Le bon Docteur dit qu’elle a persuadé Béatrice d’admettre toutes sortes de fantasmes, bien que les confessions n’aient pas émergé facilement. De plus, Béatrice semble penser qu’elle ne voudra peut-être pas mettre ses idées en pratique.”

“Parce qu’elle et Phil font quand même bien l’amour”. suggéra Géraldine.

“Loin de là. Si c’était le cas, ils ne se seraient pas retrouvés dans le cabinet de consultation du bon docteur. Non, dans ce cas, c’est Phil qui a de sérieux complexes. Le Docteur pense qu’il réprime une très forte envie sexuelle par souci excessif pour Béatrice.”

“Et c’est ce que cette soirée est censée résoudre ?”

“On l’espère. Mais il y a un autre facteur. Phil, apparemment, est exceptionnellement bien doté.” J’ai jeté un coup d’œil à Géraldine. Elle gardait un visage impassible mais ses yeux pétillaient. “Il a peur de blesser Béatrice. Et voilà le problème : une femme qui rêve secrètement d’être baisée jusqu’à épuisement, et un homme qui a l’équipement pour le lui donner mais qui est réticent à le faire.”

Il y a eu un silence pendant que nous réfléchissions tous à ce scénario. Puis Stéphanie a ajouté : “La théorie du Docteur est que nous pouvons créer une atmosphère qui vaincra les inhibitions de Phil au point qu’il utilisera son arme sur quelqu’un d’autre et verra le plaisir qu’elle procure. Si, en même temps, Béatrice est – ”

La sonnette de la porte a sonné, coupant court à toute autre explication, mais l’image était claire. J’espérais que je n’allais pas être gênée par les comparaisons de taille mais sinon, je sentais que la situation avait de réelles possibilités. Quant à Géraldine, j’aurais été surpris qu’elle ne se demande pas quelle était la taille exacte de Phil. Mais, bien sûr, ce n’était pas seulement une opération froide et clinique. Des personnalités sont entrées en jeu. Le succès de George et Stéphanie était basé sur leur instinct pour l’alchimie entre certains couples. Normalement, ils ne participaient pas eux-mêmes. C’était un territoire inconnu pour nous tous.

Sur un point, au moins, nous n’avions pas à nous inquiéter. Dès que Stéphanie a amené les nouveaux arrivants dans la pièce, il était clair qu’ils étaient – faute de mieux – notre genre de personnes. Un peu plus âgés que ce que j’avais supposé, la fin de la vingtaine probablement, élégamment habillés, se tenant les mains de manière touchante. Phil mesurait environ 1,80 m, avait de larges épaules et un regard franc. Béatrice était petite, très brune, avec des yeux bleus qui souriaient, bien qu’un peu prudemment. Elle portait une robe en soie marine jusqu’aux genoux qui flattait sa silhouette fine. Lorsqu’elle s’est assise, elle a réglé l’ourlet sans affection un pouce ou deux au-dessus de son genou. Je me suis déjà retrouvé à vouloir en voir plus.

Stéphanie a brisé la glace dès le début. “Peut-être que cela t’aiderait si je t’expliquais un peu le déroulement de cette soirée”, a-t-elle dit. “Je m’attends à ce que tu sois nerveux, les gens qui viennent pour la première fois le sont généralement – Mark et Géraldine te le diront. Mais les voici à nouveau.”

Géraldine a souri de façon encourageante.

“Nous allons dîner dans quelques minutes, et le sexe viendra après. Nous comprenons tous que c’est la raison pour laquelle on t’a envoyé chez nous, mais ce n’est pas comme une visite chez le dentiste. Je peux te l’assurer. Et je vais maintenant répéter ce qu’on t’a déjà dit : tu n’as pas à faire quoi que ce soit que tu ne veuilles pas faire. Si tu es bien intentionnée, tu n’as rien à faire du tout. George et moi allons profiter de Géraldine et Mark, et tu te contenteras peut-être de regarder. Ou tu peux être poussé à te joindre à nous. Tu ne seras pas poussé à faire quoi que ce soit, mais n’hésite pas à t’impliquer si tu le souhaites. Personne ici ne sera choqué par quoi que ce soit.”

Phil a regardé Béatrice qui a dit d’une voix calme. “Oui. On nous a dit à quoi nous attendre – et nous avons parlé de ne pas venir. Mais nous sommes là et je te remercie d’avoir été si franc. Nous verrons comment ça se passe.”

Pendant le dîner, la conversation était superficielle et naturellement un peu tendue. Face à Béatrice, j’étais consciente du contraste entre ses seins, petits mais non négligeables, et les monticules voluptueux qui n’étaient qu’à moitié couverts par le chemisier porté par notre hôtesse. Si l’ambiance d’après-dîner se développait comme espéré, il était possible que je fasse l’expérience des deux femmes pour la première fois. Lorsque j’ai commencé à visualiser Stéphanie avec sa tête entre les jambes de Béatrice, j’ai décidé qu’il était temps de concentrer mon esprit ailleurs pour éviter de me lever de la table avec une protubérance révélatrice.

Je n’aurais peut-être pas dû m’inquiéter car, une fois le café servi, Stéphanie a décidé de faire monter la température. “D’habitude, nous allons dans notre salle de jeux à peu près maintenant”, a-t-elle dit à Phil et Béatrice, “mais parfois, George a besoin d’un peu de persuasion”.

Un mensonge éhonté, comme Géraldine et moi le savions, mais George, vraisemblablement dans un mouvement arrangé à l’avance, a repoussé sa chaise de la table et a dit : “Allez, chérie. Fais ce que tu veux.”

Remontant sa jupe jusqu’aux genoux, mais pas plus loin, Stéphanie s’est agenouillée devant son mari et a écarté ses jambes. “Montre-moi, alors”, dit-elle fermement.

George s’est dézippé très lentement et a retiré son pénis, ce que Géraldine et moi voyions pour la première fois. Dans son état mou, il ne semblait pas plus gros que la moyenne, ce qui était un soulagement : Je n’aurais pas voulu rivaliser avec George ainsi qu’avec Phil. Avant longtemps, l’organe en question, massé doucement par Stéphanie, a commencé à lever la tête. La langue de Stéphanie a parcouru l’extrémité, est descendue jusqu’au scrotum avant de lécher le long de la tige. Lorsque George a gémi, Stéphanie a ouvert la bouche et a englouti la queue maintenant rampante.

Géraldine m’a donné un coup de coude, indiquant le couple plus jeune. Les mains entrecroisées sur le plateau de la table, Béatrice serrant fortement Phil, leurs yeux étaient rivés sur la fellation experte de Stéphanie.

Sur une impulsion, j’ai senti que nous devions apporter notre contribution. Je me suis levée, j’ai fait reculer la chaise de Géraldine de la table pour qu’elle soit bien en vue, je me suis mise derrière elle et je me suis penchée pour lui caresser le cou pendant que mes mains caressaient ses seins à travers sa robe. Comprenant instantanément, elle a fait remonter sa jupe sur ses cuisses et a glissé une main dans sa culotte. Un petit bruit s’est échappé de Béatrice. Je ne pouvais pas dire ce qu’il indiquait, mais il a attiré l’attention de Stéphanie. Elle a levé la tête de l’aine de George. “Je pense que nous devrions avancer, nous mettre plus à l’aise. Béatrice, Phil – tu es toujours avec nous.”

Phil a hoché la tête. Béatrice a dit “Jusqu’à présent”, mais les mots étaient rauques venant d’une bouche sèche. Je sentais que toute résistance de sa part commençait à s’effriter. Quant à Phil, c’était impossible à dire.

Nous nous sommes tous rangés autant ou aussi peu que nous le jugions approprié avant que George, tenant son pénis encore en érection dans une main, ne conduise le chemin de la salle à manger, le long d’un passage qui menait à la cuisine, et à travers une cour dans l’ancien bloc d’écurie qui avait été transformé en salle de jeux. Nous étions maintenant familiers avec l’énorme lit sur sa plateforme légèrement surélevée, les miroirs, les serviettes et les mouchoirs en papier, la réserve de préservatifs, de lubrifiants et de godemichés soigneusement rangés sur un côté. Stéphanie a fait entrer Béatrice et Phil dans les deux fauteuils centraux devant le lit où Géraldine et moi nous étions assis la première fois. Lors des visites précédentes, la contribution de George avait été de gérer un petit panneau de commande qui variait l’intensité et la direction d’un certain nombre de lumières cachées, se concentrant sur les zones où l’action était la plus intense. Maintenant, il réglait les commandes pour que le lit soit très éclairé alors que le reste de la pièce était dans une quasi-obscurité. Le lit était devenu une scène et les premiers à montrer leurs talents devaient être Stéphanie et Géraldine.

Ma femme m’a raconté plus tard que pendant que nous traversions la salle à manger, notre hôtesse lui avait murmuré à l’oreille : “Ce serait bien, ma chère, si toi et moi commencions. Les hommes sont toujours excités en regardant deux femmes – et, de toute façon, je vais mourir si je ne t’ai pas bientôt. Laisse-moi diriger. Viens si tu veux – je t’ai vue passer d’un orgasme à l’autre sans problème.”

Je me suis assis d’un côté de Béatrice, Phil de l’autre. George se tenait près du lit, ostensiblement pour être à portée de main pour passer les gadgets qui pourraient être demandés, mais en réalité, je le soupçonnais, pour avoir une vue rapprochée.

“Maintenant – Béatrice et Phil, mettez-vous à l’aise et détendez-vous. N’oubliez pas que vous pouvez vous joindre à nous à tout moment si vous le souhaitez, mais seulement si vous le souhaitez”, les a-t-elle rassurés. “Mais plus de discours. Géraldine, veux-tu me déshabiller, ma chère ?”

Le chemisier blanc est passé en premier, dévoilant deux magnifiques seins, solidement soutenus par un soutien-gorge blanc à armatures. Puis ma femme a persuadé la femme plus âgée de s’asseoir au bout du lit, face aux fauteuils, tandis qu’elle s’agenouillait derrière elle. Se penchant en avant, elle a murmuré : “Mark va les adorer”, avant que sa langue ne se lance dans l’oreille de Stéphanie. Pendant ce temps, ses mains ont atteint les tétons roses proéminents et les ont fait rouler entre le doigt et le pouce. À côté de moi, Béatrice respirait profondément.

Le prochain geste de Géraldine a été de faire glisser Stéphanie plus loin sur le lit pour qu’elle puisse s’allonger de tout son long et lever les hanches pendant que sa jupe était enlevée. Cela a répondu à une question : ses jambes étaient magnifiques, longues et enveloppées de bas blancs qui étaient soutenus par un porte-jarretelles assorti. Elle ne portait pas de culotte.

À la demande de Géraldine, George lui a passé un coussin qu’elle a placé sous les fesses de Stéphanie. Puis elle a relevé les pieds de notre hôtesse pour qu’ils reposent à plat sur le lit et a écarté ses genoux. Elle est restée en retrait quelques instants pour permettre à ceux d’entre nous qui sont dans le fauteuil de bien voir les lèvres rasées de Stéphanie. “Mark, mon chéri”, m’a-t-elle dit. “Peux-tu m’aider ?”

En me tournant le dos, elle a levé les bras pour que je puisse soulever la robe au-dessus de sa tête. J’ai enlevé le soutien-gorge, sachant que ses seins n’avaient pas besoin de soutien. “Tu enlèves aussi la culotte ?” J’ai demandé.

Elle a regardé directement Phil. “Veux-tu choisir, Phil ?”

Il a dégluti, s’est humidifié les lèvres et est resté silencieux pendant quelques secondes, regardant Béatrice. “C’est bon”, a-t-elle dit, “Tu voudrais qu’elle les garde. Juste pour le moment, je veux dire.” Une fois de plus, j’ai senti que ses instincts les plus profonds remontaient à la surface.

“Je les aime bien”, a-t-il dit. “Elles te vont bien. Très sexy.”

“Merci”, dit Géraldine en souriant. Puis elle a grimpé sur le lit à côté de Stéphanie et s’est penchée en avant, présentant ses tétons qui durcissent à la bouche de l’autre femme. En même temps, elle a baissé une main et a commencé à caresser l’intérieur des cuisses de Stéphanie. Chaque fois que ses doigts s’approchaient des lèvres du vagin, un petit tressaillement réactif témoignait de l’effet excitant qu’elle produisait. Stéphanie, qui était si habile pour contrôler le rythme de ces séances, recevait un peu de son propre traitement. Finalement, elle ne pouvait plus le supporter. Tendant son bras, elle a saisi le poignet de Géraldine et a pressé la main de ma femme contre le monticule. “S’il te plaît, ma chérie. Je suis si mouillée. Ne me fais pas attendre trop longtemps. Je le ferai pour toi alors.”

La réponse de Géraldine a été de changer de position. À genoux à califourchon sur le visage de Stéphanie, elle a tiré sa culotte sur le côté pour que la langue de Stéphanie puisse l’explorer. Pendant un moment, elle est restée debout, donnant une fois de plus au public l’occasion de voir ce qui se passait ; mais lorsque Stéphanie a recommencé à supplier pour être satisfaite, Géraldine a terminé le soixante-neuf et a commencé à lécher et sucer les lèvres gonflées, cherchant la tige du clitoris, goûtant pour la première fois la saveur des jus de Stéphanie. Soudain, la femme a enfoncé la plante de ses pieds dans le lit et a commencé à se trémousser, poussant son bassin dans le visage de Géraldine, saisissant l’arrière de sa tête pour la maintenir jusqu’à ce que l’orgasme éclate.

Consciente que Géraldine n’avait pas encore joui, et sachant qu’elle en serait très proche, je suis allée jusqu’au lit et l’ai soutenue en position verticale pour que son ouverture soit soulevée d’un pouce ou deux au-dessus du visage de sa partenaire. Stéphanie n’avait pas besoin d’autre invitation. Elle a serré les cuisses de Géraldine et a enfoncé sa langue dans la fente qui suintait maintenant d’humidité. Pendant qu’elle léchait, Géraldine a fait le reste, se doigtant jusqu’à un orgasme respiratoire profondément satisfaisant.

Lorsque les deux femmes se sont séparées, j’ai vu que George s’était déjà déshabillée. Je lui emboîtais le pas quand mon attention a été attirée par l’activité dans les fauteuils. Béatrice murmurait à l’oreille de Phil, trop doucement pour que les autres l’entendent, et elle était en train d’ouvrir son pantalon. Vraisemblablement persuadé par Béatrice, il l’a enlevé ainsi que son caleçon avant de s’allonger dans le fauteuil, les yeux fermés. Le pénis que Béatrice a pris dans sa main était certainement à la hauteur de sa facture ; déjà dur, il se dressait fièrement vers son nombril. Gros, il l’était sans aucun doute, mais pas de façon inquiétante, ai-je pensé.

George s’est avancé et a dit à Béatrice : “Donne-moi tes mains, et essaye ça.” Lorsqu’elle l’a fait, il a appliqué une généreuse quantité de lubrifiant dans chaque paume et s’est retiré. La fille a compris. Ses mains étaient assez petites, si bien qu’elle a pu saisir l’impressionnant membre de Phil avec l’une au-dessus de l’autre. Lorsque le massage a menacé d’être trop efficace trop rapidement, Phil lui a fait signe d’arrêter. C’est alors qu’elle nous a regardés et a dit : “J’ai l’air d’être trop habillée, n’est-ce pas ? Est-ce que quelqu’un voudrait – ”

Je n’ai pas hésité, enlevant la robe marine avec des doigts impatients. Son soutien-gorge et sa culotte étaient bleu foncé, sa peau crémeuse et séduisante. Hésitante, elle s’est retournée pour que nous puissions tous la voir. Puis elle a dit : “Tu peux toucher, si tu veux. Je pense que ça me plairait – si ça ne dérange pas Phil ?”.

Les yeux écarquillés, Phil a acquiescé. Il tenait son pénis et le caressait lentement.

“Juste toucher, s’il te plaît, pour l’instant. Peut-être plus tard – je ne sais pas.”

J’ai enlevé le soutien-gorge et j’ai vu de petits seins pointus avec des mamelons presque noirs. Je les ai touchés doucement et elle a frissonné, je pense de plaisir. Mes mains ont trouvé l’arrière de sa culotte, ont caressé les fesses serrées et effilées. Elle s’est déplacée sur ses pieds, se stabilisant avec ses mains sur mes épaules pendant que je palpais entre ses jambes. Le gousset de sa culotte était trempé. Elle m’a laissé explorer pendant un moment, puis s’est retirée doucement. “C’était sympa”, a-t-elle dit, “mais je pense que nous aimerions regarder à nouveau maintenant”.

Sur le lit, George avait déjà profité de la culotte noire de Géraldine, mais maintenant il l’a dénudée le long de ses cuisses et l’a portée à son visage. “Magnifique”, a-t-il dit. “Veux-tu baiser ?”

“Violemment”, a-t-elle dit, prenant le coussin qu’elle avait utilisé pour Stéphanie et le plaçant sous ses fesses. “Mais laisse-moi goûter ta queue d’abord.” Je le regardais l’introduire dans sa bouche, quand j’ai senti la tête de Stéphanie glisser entre mes jambes, décidée à faire un assaut similaire. Nous avons donc baisé, à deux, à trois et dans un quatuor compliqué. J’étais conscient que Géraldine entrait dans un autre orgasme tordu peu de temps avant que Stéphanie n’halète : “Je viens, Mark, accélère”. Je l’ai fait et j’ai senti les muscles de sa chatte se resserrer autour de ma queue alors qu’elle se poussait à bout.

Je ne sais toujours pas comment j’ai réussi à garder le contrôle, mais j’en avais besoin parce que lorsque je me suis retiré de Stéphanie, j’ai vu une nouvelle paire de lèvres enduites de rouge à lèvres se refermer sur ma queue. Béatrice était sur le point de commencer à réaliser ses fantasmes. Phil aussi. Et ainsi, dans l’exposition la plus lascive à laquelle j’ai jamais participé, se trouvaient Stéphanie et Géraldine.

George et moi, il est juste de le dire, n’avons pas hésité à satisfaire tous les désirs de Béatrice, le style missionnaire, le style levrette, et toutes les variations, la laissant décider quand elle voulait une langue, quand des doigts, quand une bite bien dure. Sa dernière couche d’inhibition a volé en éclats lorsqu’elle s’est écriée : “Phil, regarde-les me baiser, remplir ma chatte. Tu pourrais le faire.” Et Phil a fait une courte pause avant de plonger son énorme membre dans Stéphanie avant de dire : “Je le ferai, chérie, je le ferai. Mais je veux baiser Géraldine ensuite.”

La finale était inoubliable. George et Stéphanie, Géraldine et moi étions assis, presque rassasiés, en cercle sur le lit. Au centre, Béatrice était sur le dos, des coussins sous elle, avec Phil à genoux entre ses jambes écartées, baisant à longs coups avec une profonde concentration. Une fois la moitié de sa bite enfouie, il s’est retiré, la tige luisant de la preuve du tunnel liquide de Béatrice. “Je peux tout prendre”, a crié Béatrice. “Tout, chérie. Commence doucement et va de plus en plus vite. Mais ne t’arrête pas avant d’avoir joui.” Lorsque Phil a obtempéré avec enthousiasme, George a démontré qu’il avait en quelque sorte attendu ce moment en éjectant un jet de sperme sur les seins de Béatrice, où Géraldine et Stéphanie l’ont fait pénétrer.

Le bon docteur, habilement secondé par George et Stéphanie, et avec un peu d’aide de notre part, avait résolu un autre problème.

Lorsque nous nous sommes douchés et habillés, Béatrice et Phil ont été très reconnaissants. Lorsque Phil a réglé leur compte, je l’ai entendu promettre qu’ils reviendraient. Et nous aussi, bien sûr, nous reviendrions.

Préférence de la coquine : double pénétration et mec TTBM
Endroit de préférence pour le sexe : après midi chez moi
Je suis très coquine et je n’ai rien à envier aux salopes de 18 ans.